Israël, à l’heure du stress énergétique

(article publié dans le magazine « l’Arche », n°636 – février/avril 2012)

Sous mandat britannique, la Palestine est un territoire stratégique où passe la « route britannique du pétrole ». C’est en effet par la raffinerie de Haïfa, construite par les Anglais, que transite quotidiennement plusieurs milliers de tonnes de pétrole extrait des abondants champs pétrolifères d’Irak, détenue à près de 50% par des compagnies britanniques (Shell et l’Anglo-Persian Oil Company, futur British Petroleum) ; la précieuse ressource est ensuite chargée sur des supertankers au port de Haïfa, puis envoyée vers l’Europe et les Etats-Unis. L’affaire est si rentable que le Royaume-Uni inaugure un oléoduc en 1935 entre les gisements de Kirkouk (Irak) et la raffinerie de Haïfa (Palestine) pour faciliter l’extraction du pétrole.

Dans ce circuit, Juifs et Arabes de Palestine ne jouent aucun rôle, et dépendent de la puissance mandataire pour leurs approvisionnements en carburant. Après la 2nd guerre mondiale, les choses se compliquent. Depuis le début du  20ème siècle, la consommation d’énergie du Yishouv (foyer national juif en Palestine) a considérablement évolué, notamment due à la construction de nombreuses infrastructures (réseau téléphonique, hôpitaux, industries, etc.). Entre 1933 et 1939 seulement, la consommation électrique est multipliée par quatre. Pourtant, l’Agence juive (gouvernement officieux du Yishouv) a de plus en plus de mal à s’approvisionner auprès des britanniques. En effet, depuis les années 1920, le Royaume-Uni n’est plus aussi favorable aux sionistes qu’il ne l’était en 1917 (déclaration Balfour) ; Londres craint qu’une position trop engagée en faveur d’un Etat juif fragilise sa position et celle de ses compagnies pétrolières au Moyen-Orient.

En effet, l’Irak, résolument opposé à la création d’un Etat juif, lance en 1946 la première menace d’embargo pétrolier contre le Yishouv : aucune goutte de pétrole extraite d’Irak par les Anglais ne doit être envoyée aux sionistes, à défaut, Bagdad stoppera ses exportations. Ce n’est qu’aux termes d’une laborieuse négociation que Londres parvient à maintenir ses importations.

Un an plus tard, lorsque l’ONU décide que la ville de Haïfa sera à l’intérieur des frontières de l’Etat juif de Palestine (résolution 181), l’Irak s’indigne et refuse que son pétrole transite par une raffinerie située dans une ville juive : moins de trois mois avant sa création, l’Etat juif de Palestine connaît son premier embargo pétrolier.

S’approvisionner en énergie

Le mouvement sioniste s’organise alors pour aller chercher le précieux carburant au-delà des frontières. Une première mission diplomatique en Russie, en mai 1948, parvient à acheter plusieurs milliers de tonnes de produits pétroliers ; puis jusqu’en 1952, l’URSS, le Venezuela, le Koweït et le Qatar comptent parmi les partenaires commerciaux réguliers d’Israël pour la vente de pétrole. Les motivations de ces pays diffèrent et n’expriment pas un soutien sincère à l’Etat hébreu : l’URSS souhaite voir Israël se rallier au bloc communiste ; pour le Koweït, le Venezuela et le Qatar, il s’agit simplement de commerce.

Orot Rabin power plant and its pipeline, viewed from Caesarea

Mais l’objectif pour David Ben Gourion, alors Premier ministre d’Israël, consiste à appliquer sa « stratégie du contournement » : puisque la première ceinture d’Etats limitrophes lui est hostile (Liban, Syrie, Jordanie, Egypte), il faut aller chercher des partenaires au-delà de ce premier cercle. Ainsi, en 1950, Israël noue sa première alliance énergétique avec l’Iran du Shah Pahlavi. Plusieurs facteurs ont facilité ce rapprochement : l’existence d’un ennemi (l’Irak) et d’un allié (les Etats-Unis) commun ainsi qu’une représentation dévalorisante des Arabes. Ainsi, pendant près de trente ans, l’Iran approvisionne Israël en pétrole, même durant la décennie 1970, pourtant marquée par le 1er choc pétrolier (1973) dont l’objectif affiché de l’Organisation Arabe des Pays Producteurs de Pétrole (OAPEP) fut d’isoler Israël en interrompant leurs exportations de pétrole à ses alliés.

Parallèlement à cette stratégie d’alliance, Israël décide au début des années 1950 de se lancer dans la production d’énergie en reprenant ce secteur, laissé aux mains de compagnies étrangères. Une Loi sur le Pétrole est ainsi promulguée (1952) et deux compagnies israéliennes sont créées en 1953 : Delek et Lapidoth. C’est cette dernière qui trouve pour la première fois du pétrole dans le pays (1955). En Israël, c’est l’euphorie. Mais celle-ci sera de courte durée ; le gisement ne représente que 5% de la consommation et s’épuise vite.

Avec l’Iran, l’idylle prend fin en 1979, lors de la révolution iranienne qui porte au pouvoir un nouveau guide suprême, Khomeini. Ce dernier rompt aussitôt ses relations diplomatiques avec l’Etat hébreu. S’ouvre alors une période énergétique morose : l’Etat hébreu ne dispose plus d’allié stratégique pour importer son brut ; l’accord signé à Camps David  avec l’Egypte (1979) met un terme à une décennie d’exploitation pétrolière israélienne de la péninsule du Sinaï ; et le monde connaît son second choc pétrolier due à la guerre Iran-Irak.

Pour autant, Israël parvient à maintenir ses approvisionnements grâce à un partenariat commercial avec le nouvel allié égyptien et mexicain (grâce à l’intervention des Etats-Unis). Il faut attendre la fin de l’URSS, en 1991, pour qu’Israël relance sa stratégie d’alliance. L’accession à l’indépendance des républiques soviétiques est en effet prometteuse pour Jérusalem qui engage d’intenses négociations avec plusieurs États caucasiens, en particulier la Géorgie et l’Azerbaïdjan, ces derniers disposant d’importantes réserves d’hydrocarbures estimées à plusieurs milliards de barils de pétrole et trillions de m³ de gaz.

Néanmoins, au terme d’un demi-siècle d’existence, Israël vit en état de stress énergétique permanent. Celui-ci s’explique par l’absence de ressources énergétiques sur le territoire et la menace constante de voir ses approvisionnements d’énergie interrompus au gré des crises politiques ou des boycotts énergétiques. Il faut attendre les premiers mois du 21ème siècle pour que la situation change.

La fin de la « malédiction israélienne »

A l’été 1999, une compagnie britannique fore au large des côtes israéliennes et fait la découverte du premier gisement gazier économiquement rentable en méditerranée orientale. Ironie du sort : ce gisement ne se trouve pas dans l’espace maritime israélien, mais dans l’étroite zone au large de la bande de Gaza. Au total, les champs de Gaza Marine – c’est ainsi que les baptise la compagnie British Gas –  représentent entre 30 et 40 milliards de m³ de gaz, soit l’équivalent de 150 millions de barils de pétrole.

Les professionnels du secteur énergétique israélien sont sans voix : depuis près de cinquante ans, les quelques cinq cent forages n’ont permis l’extraction d’aucun gisement d’énergie rentable, et il n’aura fallu que quelques mois à British Gas pour forer le plus grand gisement de gaz découvert au large des côtes israéliennes.

Orot Rabin power plant

Mais la « malédiction israélienne » prendra fin au début des années 2000, lorsqu’un consortium israélo-américain dirigé par Noble Energy fait la découverte de Mari-B, le premier gisement de gaz d’Israël, au large d’Ashkelon. Les quantités sont moins importantes (28 milliards de m³) mais redynamisent un secteur moribond : des compagnies israéliennes et américaines multiplient les forages en mer. Et au début de l’année 2009, les résultats dépassent toutes les espérances : le gisement Dalit (20 milliards de m³) mais surtout celui de Tamar (240 milliards de m³) sont découverts à quatre-vingt-dix kilomètres au large de la ville d’Haïfa (nord d’Israël).

Leur potentiel économique dépasserait les trente milliards de dollars et permettrait de produire 4 milliards de m³ de gaz par an pendant plusieurs décennies, si bien qu’Israël envisage sérieusement d’exporter une partie de ces ressources. Les découvertes ne s’arrêtent pas là puisqu’en juin 2010, Léviathan, un autre gisement situé à cent trente kilomètres au large de Haïfa est découvert. Il contiendrait plus de 465 milliards de m³, soit plus de deux fois les quantités de Tamar.

Fin juin 2011, deux nouveaux gisements de gaz sont découverts dans les concessions de Sarah et Myra, à soixante-dix kilomètres au large de Hadera, contenant plus de 180 milliards de m³. Et enfin, en septembre 2011, Israël annonce la découverte de deux nouveaux gisements à dix kilomètres de la côte israélienne, entre Ashdod et Netanya, dans les concessions de Gabriella et Yitzhak. Le premier contiendrait environ 100 milliards de m³, et le second près de 30 milliards.

Au total, Israël disposerait de plus de 1000 milliards de m³ de gaz au large de ses côtes, soit plus que la Jordanie (6 milliards), la Turquie (7 milliards), la Syrie (240 milliards) mais deux fois moins que l’Egypte (2000 milliards). D’importateur d’énergie, Israël est devenu en une décennie un producteur et un exportateur d’énergie crédible puisqu’en 2010, la consommation d’Israël en gaz naturelle est de 3,5 milliards de m³. Ainsi, à la fin de l’année 2011, des projets de vente de gaz ont été évoqués avec la Grèce, Chypre, mais aussi l’Inde[1].

L’indépendance électrique comme enjeu

La mise au jour d’immenses poches de gaz au large de ses côtes renforce l’Etat hébreu et lui permet de mettre fin à des décennies de stress énergétique. Pour autant, le gaz naturel ne lui permettra pas d’acquérir son indépendance énergétique, c’est-à-dire la capacité à satisfaire ses besoins d’énergie en maîtrisant l’ensemble des sources de production. En effet, le gaz naturel ne compte que pour 11% de sa consommation d’énergie totale, et le pays reste encore largement dépendant du pétrole (49%) et du charbon (35%)[2], deux ressources qu’il est contraint d’importer.

Toutefois, ce gaz revêt un autre enjeu, non moins important : celui de l’indépendance électrique. Depuis sa création, Israël produit son électricité grâce à la combustion de pétrole et de charbon. Mais depuis 2004, date d’extraction effective de Mari-B, la part du gaz dans la production d’électricité ne cesse d’augmenter pour représenter en 2010, près de 40%[3].

Comme de nombreuses sociétés développées, Israël utilise au quotidien l’énergie électrique qui se révèle indispensable (éclairage public, feux de signalisation, télécommunications, informatique, etc.). Mais pour l’Etat hébreu, l’usage de l’électricité comporte aussi une fonction stratégique majeure puisqu’elle permet de coordonner une opération armée entre plusieurs unités de combat et de se déplacer dans un territoire de nuit.

Cet avantage a déjà fait ses preuves lors d’affrontements dans les territoires palestiniens. En effet, la Cisjordanie et Gaza dépendent presqu’exclusivement d’Israël pour produire ou se fournir en électricité, et il n’est pas rare qu’avant des opérations d’envergure dans les Territoires, l’Etat hébreu y coupe le courant. Equipés de lunettes infrarouges et de dispositifs thermiques, les soldats israéliens bénéficient alors d’une supériorité tactique sur le terrain face aux combattants palestiniens, plongés dans le noir.

L’électricité est également indispensable pour assurer la défense de l’Etat et de ses citoyens. L’implantation d’un demi-million d’Israéliens en Cisjordanie nécessite en effet la mise en place de dispositifs sécuritaires qui reposent, pour l’essentiel, sur l’énergie électrique.Rappelons, à ce titre, que la barrière de séparation mise en place par Israël à partir de 2002 pour empêcher l’infiltration de terroristes de Cisjordanie n’est qu’un mur bétonné sur environ 5% de son tracé seulement ; le reste se compose d’un dispositif de séparation frontalier relativement classique (barbelés, routes de patrouille, fossés) qui doit son efficacité notamment à l’installation de systèmes d’alarmes, vidéo surveillances, clôtures électriques, projecteurs, et détecteurs de mouvement tous dépendants de leur alimentation en énergie électrique.

Plus que l’indépendance énergétique, inaccessible sans la découverte de gisements pétroliers d’envergure, l’enjeu des gisements gaziers récemment découverts consiste donc, pour Israël, à obtenir son indépendance électrique, c’est-à-dire produire de l’électricité à partir de ses ressources propres, sans dépendre de ses importations de pétrole, de charbon ou de gaz.

Le changement de régime en Egypte, en février 2011, illustre parfaitement cette problématique : la chute de l’ancien président, Hosni Moubarak, a créé des troubles sécuritaires dans le pays, et notamment dans la péninsule du Sinaï, où sont basés plusieurs mouvements terroristes. Or, c’est par ce territoire que transite le gazoduc approvisionnant Israël ; entre février et décembre 2011, pas moins de dix attaques contre ce gazoduc ont interrompu pendant plusieurs semaines les livraisons de gaz égyptien vers Israël, qui représente 40% de sa consommation – le reste étant fourni par le gisement Mari-B. Conséquence : la Compagnie israélienne d’électricité (CIE) a dû acheter du charbon supplémentaire pour combler le manque, ce qui a influé sur le coût de l’électricité pour la population : +9% à l’été 2011 et +2,5% en octobre de la même année. Et pour 2012, la CIE a déjà annoncé qu’à ce rythme, l’augmentation atteindra les +30%.

Pour réduire sa dépendance au gaz égyptien, la Compagnie d’électricité prend les devants : en décembre 2011, elle a approuvé un accord avec le consortium en charge de Tamar et Léviathan, pour l’achat de gaz naturel. A terme, l’objectif est de se fournir presqu’exclusivement en gaz israélien.

Autre initiative : à ce jour, l’Etat hébreu, n’est interconnecté avec aucun Etat de la région, ce qui signifie qu’en cas de panne électrique, il ne peut compter sur aucun de ses voisins pour lui fournir la quantité d’électricité manquante. Or, le 12 décembre 2011, Israël annonce être en pourparler avec Chypre pour mettre en place un projet d’interconnexion afin de sortir de son « isolement électrique ».

L’incertitude liée aux gisements : sources de tensions régionales

Néanmoins, même si l’Etat hébreu peut se réjouir de ces découvertes, plusieurs éléments relativisent leur portée. D’abord, les nouvelles techniques de forages permettent certes de forer plus profondément et ainsi de découvrir de nouvelles poches de gaz, mais celles-ci se situent à l’intérieur de zones géologiques complexes et instables. Ainsi, une partie seulement de ces gisements peut être extrait sans risque. Dans le cas des gisements Gabriella et Yitzhak par exemple, les compagnies estiment pouvoir extraire entre 17 et 30% des quantités de gaz seulement.

Autre inconvénient : la date d’extraction des gisements n’est pas connue avec certitude. Dans le meilleur des cas, les premiers mètres cubes de gaz devraient être extrait du champ de Tamar à l’été 2013 ; Léviathan, quant à lui, ne devrait pas être effectif avant 2016, voire 2018. Et même si ces délais sont tenus, Israël devra toujours importer au moins 40% de sa consommation de gaz pour répondre à la demande, et peut être même davantage.

En effet, l’arrêt prolongé des livraisons égyptiennes en 2011 a été compensé en partie par le charbon mais aussi par une augmentation de la production de gaz du gisement de Mari-B. Alors que ce dernier devait être épuisé à la fin de l’année 2013, de nouvelles prévisions parlent à présent du second semestre 2012.

D’un point de vue géopolitique, ces découvertes posent de nouvelles problématiques régionales. Pour Israël en effet, Tamar et Léviathan se trouvent dans sa zone économique exclusive (ZEE), un territoire prévu par le Droit de la mer (Convention de Montégo Bay, 1982) qui permet à l’Etat qui en a le contrôle d’exploiter ces ressources. Or le Liban – qui n’a jamais contesté à Israël le droit d’explorer dans cette zone avant que les gisements soient découverts –  revendique à présent leur propriété, considérant qu’ils se situent dans la ZEE libanaise.

Mais dans ce rapport de force juridique, la balance pèse en faveur d’Israël : fin janvier 2011, l’ONU refuse de statuer sur la délimitation maritime entre les deux pays, prétextant une non-compétence ; Beyrouth ne peut assigner Jérusalem devant le tribunal international du droit de la mer puisqu’Israël n’est pas signataire de la Convention des Nations unies sur le Droit de la Mer ; et, plus grave encore, l’argumentaire libanais semble se contredire. En 2007, Chypre et le Liban signe un accord de délimitation maritime qui définit de facto la frontière israélo-libanaise.

C’est en partant de cette ligne qu’Israël et Chypre signe un accord de délimitation maritime en décembre 2010, mais le Liban conteste l’accord : un des points de la frontière israélo-libanaise serait dix-sept kilomètres trop au nord (cf. carte). Israël rétorque qu’il a pourtant pris pour base l’accord libano-chypriote de 2007… Embarrassé, Beyrouth répond que l’accord de 2007 n’a pas été ratifié par le Parlement libanais, et que cette frontière ne peut donc être prise comme base !

L’échec des recours juridiques entrepris par le Liban pourrait renforcer encore davantage le Hezbollah, qui se targue déjà d’avoir mis en échec l’armée israélienne lors du conflit de l’été 2006. Et en effet, en juillet 2011, la milice chiite a annoncé qu’elle s’opposera à une exploitation des gisements de gaz par Israël dans la zone contestée, par la force si nécessaire. Les menaces sont crédibles puisqu’en 2010, le Hezbollah déclarait disposer de plusieurs missiles sol-mer[4], et en 2006, la milice avait attaqué une frégate israélienne grâce à un missile antinavire de fabrication chinoise, causant la mort de quatre soldats…

Le danger pourrait aussi venir de Turquie puisque l’accord de délimitation maritime entre Jérusalem et Nicosie donne à Ankara le prétexte qu’il lui manquait pour intervenir dans le dossier du gaz en méditerranée orientale. En effet, selon l’accord israélo-chypriote de décembre 2010, Nicosie renonce aux gisements de gaz découverts par Israël en reconnaissant qu’ils se situent dans la ZEE israélienne.

Or, l’accord s’applique à l’ensemble de l’île de Chypre, République Turque de Chypre du Nord (RTCN) incluse[5], laquelle, soutenue par la Turquie, s’estime lésée. Ainsi, en septembre 2011, le Premier ministre turc, Recep Erdogan, menace de renforcer sa présence militaire en méditerranée orientale pour soutenir la RTCN.

Ajoutons enfin qu’en février 2011, et pour la première fois depuis 1979, l’Iran a envoyé une frégate de patrouille et un bateau de ravitaillement en méditerranée orientale via le canal de Suez. Les navires iraniens ont accosté dans le port de Tartous, en Syrie, officiellement pour une visite de « routine »[6], perçu comme une provocation par les Israéliens. D’autant qu’en octobre 2010, lors d’une visite au Liban, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad avait promis de soutenir financièrement le secteur de l’énergie.

Face à ces risques, le ministre de l’énergie israélien, Ouzi Landau, a déjà fait savoir que l’Etat hébreu mettrait tout en œuvre pour défendre « ses » gisements. Ainsi, en octobre 2011, plusieurs informations laissent entendre que Jérusalem est sur le point d’acquérir de nouveaux navires de guerre, dont trois sous-marins de classe Dolphin pour sécuriser ses plateformes pétrolières.

Ainsi, malgré les prometteuses perspectives qu’offrent les gisements de gaz au large d’Israël, ceux-ci s’accompagnent de nouvelles menaces pour l’Etat hébreu, et modifient en profondeur les enjeux énergétiques et sécuritaires de la région.

 


[1] JSSnews, 21 décembre 2011.

[2] Agence Internationale pour l’Energie (AIE), 2010.

[3] Israel Electric Corporation, 2011.

[4] RFI, 25 juillet 2011.

[5] La république de Chypre obtient son indépendance du Royaume-Uni le 16 août 1960 et depuis 1974 la partie nord de l’île, située au-delà de la Ligne verte contrôlée par les troupes de l’ONU, est sous occupation militaire turque ; en 1983, le nord de l’île s’est autoproclamé République turque de Chypre du Nord, que seul le Turquie reconnait.

[6] Le Monde, 22 février 2011.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Frydman Charles dit :

    La raffinerie de Haifa m’incite à un rapprochement avec les huiles HAFA dans le domaine du pétrole . En fait HAFA , créé en 1954 , est un acronyme :  » huilerie automobile franco américaine » , et n’a pas son origine avec la ville de HAIFA .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *