Israël, nouveau producteur de gaz ?

Version PDF avec le support cartographique disponible  ici

(publié dans le magazine “Carto – Le monde en cartes”, n°5 – mai-juin 2011)

 Les découvertes des gisements de Tamar et Léviathan au large des côtes israéliennes placent l’État hébreu face à de nouveaux défis. Sources de tensions géopolitiques, ces gisements offrent également de nouvelles perspectives stratégiques pour Israël à un moment où l’Égypte et la Turquie, ses alliés traditionnels dans la région, lui font défaut.

 

 

Malgré de nombreuses tentatives depuis sa création en 1948 (plus de cinq cents forages), l’État hébreu ne découvre, jusqu’au début des années 2000, aucun gisement énergétique rentable sur son territoire terrestre et maritime. La première décennie du XXIe siècle change la donne. En février 2000, la compagnie américaine Noble Energy fait la découverte au large d’Ashkelon de Mari-B, un gisement gazier de 28 milliards de m³. Pour la première fois de son histoire, Israël devient un producteur de gaz naturel. En 2009, le gisement Dalit (20 milliards de m³) mais surtout celui de Tamar (240 milliards de m³) sont découverts à quatre-vingt-dix kilomètres au large de la ville d’Haïfa (nord d’Israël).

Leur potentiel économique dépasserait les trente milliards de dollars et permettrait de produire quatre milliards de m³ de gaz par an pendant plusieurs décennies, si bien qu’Israël envisage sérieusement d’exporter une partie de ces ressources. Les découvertes ne s’arrêtent pas là puisqu’en juin 2010, Léviathan, un autre gisement situé à cent trente kilomètres au large d’Haïfa est découvert. Il contiendrait plus de 465 milliards de m³, soit plus de deux fois les quantités de Tamar.

En cumulant tous les gisements découverts au cours de la décennie 2000, Israël disposerait ainsi d’une réserve de gaz offshore estimée à plus de 725 milliards de m³, soit plus de gaz que la Turquie (7 milliards), la Jordanie (6 milliards), la Syrie (240 milliards), mais moins que l’Égypte (1650 milliards)[1]. En dix ans, Israël passe successivement du statut d’importateur à celui de producteur de gaz naturel, et tout porte à croire que, d’ici quelques années, il deviendra un exportateur d’énergie. Fin juin 2011, l’annonce de la découverte de deux nouveaux gisements de gaz dans les concessions de Sarah et Myra, à soixante-dix kilomètres au large de Hadera, contenant plus de 180 milliards de m³, conforte cette hypothèse[2].

Les revendications régionales

De telles découvertes ne manquent pas d’attirer la convoitise de la part des voisins d’Israël, et notamment du Liban et de l’Égypte, qui justifient leurs revendications par l’absence de délimitations maritimes reconnues avec l’État hébreu. En effet, depuis 1948, une ligne d’équidistance fictive délimite les frontières maritimes israélo-égyptienne et israélo-libanaise. Ce procédé est prévu par le droit de la mer (Montego Bay, 1982) lorsque deux États n’ont pas officiellement délimité leur frontière, soit par manque d’intérêt (c’est le cas avec l’Égypte depuis 1979), soit parce qu’ils sont en guerre (c’est le cas avec le Liban depuis 1948).

Cette situation géopolitique particulière a une incidence directe sur les enjeux gaziers car, lorsque Israël annonce la découverte de Tamar en 2009 et de Léviathan en 2010, le Liban conteste quelques jours plus tard leur localisation au sein de la seule zone économique exclusive (ZEE) israélienne. Depuis, des actions ont été menées par le gouvernement libanais pour demander à l’ONU d’interdire l’exploitation de ces gisements par Israël, mais surtout, de reconnaître qu’ils se situent, au moins en partie, dans la ZEE libanaise. De son côté, le Hezbollah a menacé d’attaquer les infrastructures d’exploitations israéliennes.

Bien que le Liban n’ait jamais remis en cause sa ligne d’équidistance fictive avec Israël ni contesté les prospections de l’État hébreu dans cette zone, le potentiel économique des découvertes l’encourage à revendiquer une partie de ces gisements. Et pour cause, sur le plan énergétique, le Liban ne dispose presque d’aucune ressource naturelle pour sa production d’électricité et importe près de 96 % de sa consommation en énergie. Aussi, l’exploitation, ne serait-ce que partielle, de ce gisement constitue une véritable aubaine. Néanmoins, le refus de l’ONU de statuer sur une délimitation de la frontière maritime israélo-libanaise au début du mois de janvier 2011 conforte les positions israéliennes.

À la fin du mois de janvier 2011, c’est l’Égypte qui fait savoir qu’elle pourrait revendiquer une partie des gisements si les études qu’elle mène concluent qu’une partie du gisement Léviathan se situe dans sa ZEE[3]. Dans la foulée, le ministre égyptien du Pétrole et des Ressources minérales, Sameh Fahmi, annonce qu’il s’oppose à exporter ce gaz vers l’Europe, via le réseau de gazoducs égyptien. Ce scénario avait pourtant été largement envisagé par la partie israélienne en raison des connexions sous-marines (gazoduc El-Arish – Ashkelon) et terrestres (péninsule du Sinaï) existantes avec le réseau de gazoducs israélien.

Jusqu’à l’hiver 2010, Chypre revendique également une partie de ces gisements. Toutefois, Nicosie parvient à se mettre d’accord avec Jérusalem puisqu’un accord de délimitation maritime est signé entre Israéliens et Chypriotes le 17 décembre 2010, et place clairement les gisements de Tamar et de Léviathan hors de sa ZEE. Précisons que l’accord israélo-chypriote s’applique à l’ensemble de l’île, République turque de Chypre du Nord incluse, ce qui ne manque pas d’agacer la Turquie, seul État du monde à reconnaître la RTCN, qui considère que cette dernière a été lésée par cet accord. Cependant, ne disposant pratiquement plus de moyen de pression ni sur Israël, avec lequel les relations sont gelées, ni sur la République de Chypre, la Turquie ne parvient finalement pas à faire annuler l’accord.

Les revendications autour des découvertes gazières israéliennes sont donc source de nouvelles tensions régionales autour d’un enjeu hautement géopolitique : le contrôle du territoire maritime en Méditerranée orientale. De son côté, Israël affirme que ces gisements relèvent de sa propriété exclusive et prépare déjà la défense militaire de ses installations marines et sous-marines.

l’enjeu des délimitations maritimes en Méditerranée orientale

Les perspectives économiques et stratégiques pour Israël

Faute d’exploiter des ressources d’hydrocarbure sur son territoire depuis sa création, Israël a été contraint d’importer son énergie. Or, avec les gisements découverts au large de ses côtes, la consommation israélienne en gaz naturel étant estimée à cinq milliards de mètres cubes par an au début de l’année 2011, l’État hébreu peut désormais envisager d’exporter une partie de sa production et de générer des profits dans le secteur énergétique. Il peut également tirer profit de ces découvertes en taxant les compagnies chargées de son extraction.

Or, les deux seuls textes législatifs en matière d’imposition d’hydrocarbure datent du début des années 1950 et prévoient une taxe volontairement faible (30 %) pour encourager les explorations. Aussi, le 30 mars 2011, la Knesset – parlement israélien – adopte la loi « Sheshenski », du nom du président de la commission à l’origine de la loi, préconisant entre autres le relèvement du taux d’imposition (52 ou 62 % selon les cas) sur les profits des compagnies pétrolières, ce qui permettrait de dégager plus de quatre milliards de dollars par an[4].

Au-delà de l’enjeu économique, ces découvertes ont aussi un impact stratégique sur Israël en lui permettant de se prémunir d’éventuelles menaces de boycotts énergétiques. En effet, à l’époque où l’État hébreu ne disposait d’aucune ressource d’énergie, les États arabes en guerre contre Israël, dont nombre d’entre eux sont les plus grands producteurs de pétrole et de gaz au monde, ont utilisé l’énergie comme une arme politique.

Le premier choc pétrolier en 1973 découle directement de cette politique de boycott énergétique des États arabes à l’égard d’Israël et de ses alliés, et marque un tournant diplomatique pour Israël – rupture de nombreuses alliances, vote de résolutions onusiennes sévères dont la 3379 qui assimile le sionisme à une forme de racisme (révoquée depuis), reconnaissance de la cause palestinienne par de nombreuses puissances, etc.).

Néanmoins, Israël a toujours su minimiser l’impact de ces boycotts en nouant de judicieuses alliances pour assurer ses approvisionnements en énergie. Cependant, au début de l’année 2011, deux de ses partenaires majeurs dans ce domaine lui font défaut.Il s’agit d’abord de la Turquie, avec laquelle les relations sont presque au point mort depuis l’évènement de la flottille en mai 2010[5] qui a conduit le ministre turc de l’Énergie à geler tous les projets énergétiques avec Israël. Or, Ankara est l’élément pivot de la stratégie israélienne d’importation d’hydrocarbures de la Caspienne à travers les projets de connexion entre l’oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan (BTC) et le gazoduc Bakou-Tbilissi-Erzurum (BTE) à la ville d’Haïfa.

C’est ensuite au tour de l’Égypte. Depuis l’accord de paix de 1979 (Camp David), les deux pays collaborent activement dans le domaine pétrolier et, depuis 2005, dans le secteur gazier – les derniers contrats remontent au mois de décembre 2010. Au début de l’année 2011, l’Égypte fournit environ 40 % de la consommation d’Israël en gaz.

Toutefois, suite au mouvement de protestation de la population égyptienne au mois de février 2011, une certaine instabilité s’est installée dans une partie du territoire égyptien, et notamment dans la péninsule du Sinaï, déjà utilisée comme refuge par des mouvements islamistes hostiles à Israël (Frères musulmans, Hezbollah[6], Hamas).

Or, c’est par ce territoire que transite le gazoduc reliant l’Égypte à Israël, et Jérusalem craint, à raison, que le changement de régime au Caire ait des répercussions sur ses importations de gaz, puisque, depuis plusieurs années, des députés égyptiens affiliés aux Frères Musulmans ont régulièrement tenté de faire annuler ces accords par des actions politiques (manifestations publiques, interventions médiatiques) et judiciaires[7].

De son côté, la compagnie de distribution de gaz égyptienne tente de rassurer Israël, mais le 5 février 2011, une bombe explose près du gazoduc. Plus que l’attaque elle-même, c’est le comportement du nouveau pouvoir égyptien dans les semaines qui suivent qui inquiète les Israéliens, car Le Caire accuse un retard de quatre semaines dans la reprise de ses livraisons, et celles-ci ne représentent que 30 % des quantités prévues[8].

À la fin du mois d’avril, une seconde attaque contre le gazoduc israélo-égyptien stoppe à nouveau la livraison de gaz. La reprise est encore plus longue que la précédente (six semaines) et ne correspond toujours pas aux quantités prévues. Enfin, au mois de mai, le pouvoir intérimaire d’Égypte annonce la révision de ses accords de fourniture de gaz avec Israël, notamment en raison du prix de vente jugé trop bas. Incontestablement, l’ensemble de ces événements marque un tournant dans l’alliance énergétique israélo-égyptienne.

Ainsi, dans un contexte régional instable, les gisements de Tamar et de Léviathan permettent à Israël de disposer d’une solution alternative en matière d’énergie face à des alliés de moins en moins fiables. Cette stratégie d’indépendance a d’ailleurs été mise en œuvre plusieurs années avant les découvertes de Tamar et de Léviathan, et l’affaiblissement des relations avec l’Égypte et la Turquie, puisque depuis 2004 – année où Israël extrait ses premiers mètres cubes du gisement Mari-B –, l’État hébreu modernise l’ensemble de ses infrastructures afin qu’elles puissent produire de l’électricité, non plus seulement à partir de fuel ou de charbon, mais aussi de gaz naturel.

Vers un nouvel axe Jérusalem-Nicosie-Athènes ?

Face au nouveau positionnement turc et égyptien, la diplomatie israélienne va progressivement se tourner vers la Grèce et Chypre pour élaborer de nouvelles stratégies en matière énergétique. La collaboration entre ces trois pays n’était pourtant pas prévisible il y a quelques années en raison de l’alliance d’Israël avec la Turquie, ennemi historique de Chypre (occupation militaire du Nord de l’île), et de la Grèce (problème de souveraineté sur certaines îles ; conflit sur l’extension de la mer territoriale en mer Égée[9], soutien aux Chypriotes grecs contre les Chypriotes turcs, etc.).

Ce n’est qu’avec la rupture quasi officielle de l’alliance israélo-turque en mai 2010 que Jérusalem, Nicosie et Athènes se rapprochent. Ainsi, l’accord du 17 décembre 2010 officialise plusieurs mois de discrètes négociations entre Chypre et Israël au sujet des gisements de Tamar et Léviathan. Progressivement, un projet se dessine : celui d’exporter le gaz naturel que produira bientôt Israël vers Chypre, mais sous forme liquéfiée.

L’ambition affichée d’Israël d’investir dans des terminaux GNL (gaz naturel liquéfié) et la volonté chypriote de trouver un fournisseur de gaz liquéfié à partir de 2014[10] – date où Israël pourra extraire du gaz du gisement de Tamar – treize jours après la normalisation de sa frontière maritime avec Jérusalem confirment ces projets. Et effectivement, un mois après l’accord du 17 décembre, Delek, compagnie israélienne spécialisée dans l’énergie et également actionnaire du consortium chargé d’exploiter Tamar et Léviathan, présente à Chypre un projet de terminal GNL[11].

Concernant la Grèce, le rapprochement économique avec Israël entamé au milieu des années 1990 s’accélère également à l’été 2010 avec la première visite d’un Premier ministre israélien en Grèce. Aussi, dès le mois de novembre, des discussions au sujet des gisements gaziers démarrent car la Grèce, en plus d’être un client potentiel pour l’exportation, constitue une formidable porte d’entrée pour exporter le gaz israélien vers l’Europe.

À la fin du mois de janvier 2011, lors d’une rencontre entre les ministres israélien et grec de l’Énergie, un nouveau projet est envisagé, incluant cette fois Chypre : exporter le gaz naturel israélien vers l’Europe via un gazoduc sous-marin transitant par Chypre, puis la Grèce[12]. Ce projet tripartite contrecarre ainsi directement le refus égyptien de faire transiter le gaz de Tamar et Léviathan par son territoire en vue d’être exporté vers l’Europe.

Outre les opportunités énergétiques, l’entente énergétique israélo-gréco-chypriote qui se dessine offre de nouvelles perspectives géostratégiques pour l’État hébreu. En effet, depuis le premier semestre 2011, les alliances régionales traditionnelles entre Jérusalem, Le Caire et Ankara ne sont plus aussi stratégiques qu’auparavant et jouent parfois même contre Israël.

L’accord de paix signé avec l’Égypte garantissait à Israël la stabilité sur sa frontière ouest (contrôle du Sinaï) tout en luttant contre le réarmement de la bande de Gaza (fermeture de la frontière Gaza-Égypte, construction d’un mur souterrain contre les tunnels vers Gaza). Or, le gouvernement provisoire égyptien en place depuis février 2011 veut rompre avec la politique de l’ancien régime d’Hosni Moubarak, et notamment vis-à-vis d’Israël. Aussi, en mai dernier, l’Égypte décide d’ouvrir sa frontière avec la bande de Gaza, allégeant de manière significative le blocus de la bande de Gaza mis en place par Israël depuis juin 2006.

Le partenariat avec la Turquie était plus stratégique encore. Divers accords sécuritaires (1994) et de coopération militaire (1996) signés avec la Turquie garantissaient à Israël, outre les entraînements communs et les échanges d’informations, le survol de l’espace aérien turc (plus de 750 000 km²) par les pilotes israéliens, contraints jusqu’alors de survoler le minuscule espace sous contrôle israélien (35 000 km²), territoires palestiniens (occupés militairement), plateau du Golan (annexé) et Liban (en vertu des accords tacites israélo-syriens sur les « lignes rouges ») compris. En outre, l’accès à l’espace aérien turc permettait à Israël de menacer les grandes villes syriennes d’Alep, Hama et Homs, l’unique port de Lattaquié et surtout les sites de production nucléaire iraniens. L’actuelle fermeture de l’espace aérien turc aux pilotes israéliens gèle ces options stratégiques et tactiques.

Face à ce nouveau contexte, Chypre et la Grèce permettent à Israël d’élaborer de nouvelles stratégies. Chypre d’abord. Située à moins de deux cents kilomètres du littoral syrien, l’île pourrait continuer d’assurer aux pilotes israéliens le trajet le plus court et le moins exposé pour atteindre les sites stratégiques (Alep, Hama, Homs et Lattaquié). Vis-à-vis de la Turquie, la présence d’avions de chasse israéliens dans la République de Chypre, c’est-à-dire au sud de la RTCN où sont stationnés quelque trente mille soldats turcs, constitue une importante force de dissuasion face à Ankara. L’envoi dans les ports chypriotes de forces navales battant pavillon israélien pourraient également compléter cette stratégie de dissuasion, tout en renforçant la sécurité des plateformes gazières israéliennes dans cette zone.

L’alliance avec la Grèce est aussi stratégique puisqu’elle pourrait aboutir à l’ouverture d’un espace aérien conséquent (plus de 300 000 km²) pour l’entraînement des pilotes israéliens, malgré un territoire terrestre grec relativement peu étendu (130 000 km²) car, rappelons-le, la souveraineté aérienne d’un État s’étend au-dessus de son territoire terrestre mais aussi maritime. En 2008 déjà, Israël avaient reçu l’autorisation de s’entraîner dans cet espace aérien. Par conséquent, à l’heure où les vieilles alliances régionales ne semblent guère prometteuses, l’alliance avec Chypre et la Grèce, scellée autour d’accords énergétiques, offre à l’État hébreu de nouvelles options stratégiques dans la région.



[1] Selon le World Factbook 2010 de la CIA.

[2]  Bloomberg, 30 juin 2011.)

[3] Econostrum, 26 janvier 2011.

[4] Haaretz, 3 janvier 2011.

[5] Le 31 mai 2010, la marine israélienne stoppe manu militari une flottille d’aide humanitaire en provenance de Turquie, qui tentait de forcer le blocus israélo-égyptien de la bande de Gaza. L’opération de l’armée israélienne a tourné à l’affrontement et neuf citoyens turcs ont été tués.

[6] En 2009, plusieurs accrochages ont lieu entre l’armée égyptienne et des membres du Hezbollah dans le Sinaï. Le Caire, soupçonnant ces derniers de vouloir s’implanter dans la péninsule, démantèle plusieurs cellules de la milice chiite et arrête des dizaines de ses membres.

[7] En novembre 2008, suites aux plaintes des députés affiliés aux Frères musulmans concernant le premier accord de gaz israélo-égyptien de 2005, le tribunal administratif du Caire a suspendu la livraison du gaz vers Israël. Cependant, cette décision a été annulée en février 2010 par la Cour suprême d’Égypte.

[8] IsraelValley, 16 mars 2011.

[9] La Turquie menace la Grèce de représailles militaires si cette dernière étend sa mer territoriale de 6 à 12 miles nautiques comme le prévoit la convention de Montego Bay, ce qui contraint Athènes à n’être souveraine que sur 43,5 % de la mer Egée au lieu de 71,5 %, contre 7,5 % au lieu de 8,7 % pour les Turcs. Pour cette raison, la Turquie a refusé de signer la convention de Montego Bay. Précisons cependant qu’une loi nationale turque, votée quelques mois après la convention de Montego Bay, étend la souveraineté turque à 12 miles nautiques en mer Noire pour permettre à Ankara de conserver le contrôle des détroits stratégiques du Bosphore et des Dardanelles…

[10] AFP, 30 décembre 2010.

[11] AFP, 18 janvier 2011.

[12] Globes, 23 février 2011.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *