« La guerre de l’énergie » vue par Lectures

Ce livre a un point commun avec celui qui fût dirigé par Jean-Emmanuel Pondi et qui a réuni plusieurs universitaires africains autour de la guerre en Irak : comme celui-ci, une lecture africaine de la guerre en Irak procède d’une analyse inhabituelle d’un conflit majeur. Il s’agit manifestement d’une contribution appréciable qui arrive à point nommé. En effet, il est parfois reproché dans le conflit israélo-palestinien, qui accuse un certain retard dans son règlement, de négliger les vraies raisons qui motivent cette conflictualité légendaire. Ce reproche, qui malheureusement pourrait se justifier à maints égards, a aiguillé la démarche ayant présidé à l’élaboration de ce livre. Le souhait de son auteur est de proposer, dans les délais que leur ont fixés les événements et les grands enjeux internationaux autour de ce conflit, la réaction d’un expert de la région sur les contours et les répercussions de ce qu’il est désormais convenu d’appeler le conflit sans issue. C’est à cet exaltant exercice que s’est prêté David Amsellem.

Certes, l’histoire du Proche-Orient autour de ce conflit a fait l’objet d’une abondante littérature pour ne citer qu’Alain Gresh, Frédéric Encel, Dominique Vidal et François Thual pour ne citer que ceux-là, il en reste néanmoins des « zones de silence » que tente d’explorer cet ouvrage : comment comprendre l’articulation dialogique entre richesse énergétique et pérennisation de la conflictualité ? La présente étude, faisant un retour symbolique vers le temps, cherche à élucider les non-dits de l’Histoire officielle avec comme grille d’entrée la question des ressources, plus encore que celles des frontières ou des représentations et des antagonismes culturels, qui se trouve au centre du conflit.

Ce récit se déploie en un lieu aporétique où David Amsellem avec une plume agile et facile démontre grâce à ses carnets de route que le factuel y est hypothétique. La particularité de ce travail réside alors dans une approche qui opère selon les modalités de la contre-histoire en vue de faire émerger l’histoire tue par les tenants des thèses culturalistes et frontalières. Elle soulève des interrogations d’ordre philosophique quant aux stratégies du devenir de ce conflit. L’ouvrage va bien au-delà des dynamiques des frontières et culturels pour renouveler le questionnement sociopolitique sur l’iceberg de géopolitique interne et externe. Un conflit soumis à la législation des métamorphoses, qui noue et dénoue son essence dans le mouvement et l’aléatoire.

En effet, un rappel de l’histoire autorise à penser que simplement la terre est au cœur du conflit israélo-palestinien, depuis toujours. D’un côté, un Etat fondé en 1948 et dont la création s’accompagne de l’exode de centaines de milliers de réfugiés arabes palestiniens. De l’autre, un territoire morcelé, politiquement divisé qui se rêve en Etat. L’équation semble alors a priori insoluble. Depuis les accords d’Oslo, tout le processus de paix israélo-palestinien est bloqué sur des questions récurrentes : les réfugiés, Jérusalem revendiquée par les deux parties comme leur capitale, et bien sûr les colonies juives. Autant de questions liées à la terre.

Des principes sont définis par le droit international et les Nations Unies, parmi lesquels le principe du partage de la Palestine voté en 1947 et confirmé après, c’est-à-dire un Etat palestinien à côté de l’Etat d’Israël. Deuxièmement, le fait que l’ensemble des territoires occupés en 1967 par Israël le soient illégalement. Et c’est sur ces territoires que l’Etat palestinien pourrait être créé. C’est la base légale du conflit sur laquelle il faudra envisager une issue de résolution. Car comme on l’a rappelé, la création de deux Etats, l’un juif, l’autre arabe était prévu dès la résolution de l’ONU de 1947. Plus de 64 ans après, la communauté internationale semble l’avoir enterré dans le cimetière des utopies, la reléguant ainsi, dans la poubelle de l’histoire, oublié, à part les Palestiniens bien sûr et ni les Européens ni les Américains n’ont encouragé le sens du respect de cette résolution.

Il faut dire que depuis les accords d’Oslo qui prévoyaient une période d’autonomie intérimaire de cinq ans qui s’est achevée en 1999, les Palestiniens ont voulu proclamer leur état. En 1999, les Européens leur ont demandé de reporter la décision de manière à pouvoir continuer les négociations. Puis, chaque fois, il leur a été promis l’application de ladite décision. Et même, pour peu qu’on ne souffre pas de cécité mémorielle, on se souviendra, qu’il y a un an, le président américain Barak Obama avait promis à l’Assemblée générale des Nations Unies que dans un an, l’Etat palestinien verra le jour. Force est de constater qu’il n’y a toujours pas eu cet Etat palestinien pour une raison simple, c’est que ni les Etats-Unis, ni l’Union européenne ne sont prêts à faire pression sur la seule partie qui refuse ces accords c’est-à-dire le gouvernement israélien. Et les raisons sont tout aussi multiples.

D’abord, il y a une alliance stratégique entre les Etats-Unis et Israël vieille depuis la création pratiquement de l’Etat d’Israël, avec en plus une capacité d’Israël d’agir sur le Congrès américain qui est considérable, avec un lobby très puissant. Ensuite, le président Obama, à un an des élections présidentielles plutôt difficiles a très peur de se couper de son électorat pro-israélien.

Pour l’Union européenne (UE), c’est différent parce qu’il y a différentes positions en Europe mais on peut dire globalement que depuis quelques années plus ou moins les Etats européens, n’ont pas changé leur position sur la solution du conflit, c’est-à-dire qu’ils sont toujours pour un Etat palestinien à côté de l’Etat d’Israël, mais ils font comme si Israël n’occupait pas la Cisjordanie.

À la vérité, l’UE a décidé d’upgrader les relations avec Israël il y a deux ans. En plus, le Centre d‘études et de recherche nucléaire européen a accepté Israël comme Etat associé alors qu’Israël a un programme illégal du nucléaire. Donc, il y a des récompenses qui sont données à l’État d’Israël qui font que franchement, on ne voit pas pourquoi le gouvernement israélien changerait de position : le discours est purement idéologique et de force. Israël ne veut pas perdre le contrôle des ressources énergétiques des territoires occupés apparaissant de plus en plus comme des aires géostratégiques. Les enjeux géopolitiques sont donc indéniables.

10L’essai de David Amsellem jette une lueur vespérale sur cette problématique majeure des matières premières énergétiques souvent occultée et au cœur de la dynamique conflictuelle entre Israël et la Palestine. Pour l’auteur de l’essai, la guerre de l’énergie au Proche-Orient inaugure une nouvelle séquence historique qui enfonce cette partie du monde dans les sphères d’une conflictualité inutile et de la bâtarde. Et à juste titre : ce conflit est, face à l’inéluctabilité d’un Etat palestinien, une tentative de satisfaction du désir de colonisation perpétuelle propre à Israël agissant comme l’animal politique qu’est l’homme. Pour Israel, cette satisfaction s’exprime à travers le projet de non-étatisation de la Palestine.

Le travail de DavidAmsellem, d’une grande lucidité est servi sur un plateau linguistique et stylistique vif, limpide et pénétrant, qui emporte l’adhésion du lecteur. Finalement le problème politique fondamental de cette réflexion sans concession, sans esquive ni recul : l’incommensurable étendue de la relation entre richesse énergétique et conflit. Mieux, l’enjeu est celui des dividendes de la violence issue des opportunités frontalières et énergétiques.

Le normal, c’est que dans ce contexte contemporain, chaque peuple doit pouvoir aspirer légitimement à disposer de lui-même ; La délégitimation à cette aspiration peut relever de la discrimination et du déni d’étatisation. Le pathologique, c’est bel et bien le danger de refuser frénétiquement à la Palestine son autodétermination.

Il s’agit d’un conflit entre affirmation de puissance et déséquilibre géopolitique, qui rappelle, si besoin est, qu’il est possible d’assimiler ce conflit à un iceberg de géopolitique interne et externe tant il y a des enjeux et des implications polymorphes qui doit éveiller l’analyste pour éviter de tomber dans le suicide épistémologique. Ce conflit a une face émergée et une face immergée. L’auteur de ce livre s’inscrit dans cette deuxième tendance et l’analyse prend ainsi la forme d’une critique intellectuelle sémillante l’ombre énergétique qui se trouve au cœur de ce conflit : maintenir la dépendance énergétique de la bande de Gaza est un enjeu majeur sur le plan sécuritaire. À travers cette grille de lecture, on comprend aisément que les enjeux géostratégiques autour de gisements d’hydrocarbures sont au centre de cette rivalité de pouvoir.

Même si le titre du livre peut paraître polémique, le dessein de l’ouvrage ne subsume aucune charge subversive : il ne s’agit pas de renforcer l’idée d’un dérèglement du conflit, comme le supposerait une lecture imprudente ou une imagination simpliste et paresseuse. C’est donc une approche iconoclaste du conflit que le lecteur découvrira avec délectation.

Patrice Moundounga Mouity, Politologue, essayiste et chercheur, diplômé de CEAN/IEP de Bordeaux, membre de l’AFSP (Association française de science politique)

Source : Lectures.revues.org


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *